Genel

Jade nymphomane soumise

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Jade nymphomane soumiseJade se soumet à JLJe m’appelle Jade, j’ai aujourd’hui quarante ans. Je suis de taille moyenne, ma poitrine fait du 90C et ma chatte est totalement lisse. Mes yeux sont verts. J’ai de longs cheveux dont la couleur varie au gré de mes envies. Au moment de l’histoire que je vais vous raconter, j’étais brune. Je suis mariée, mais je ne m’épanouis pas sexuellement dans mon couple. J’ai besoin de plus. De beaucoup plus. Je vais donc chercher ce qui me manque auprès d’autres hommes, des amants que je veux virils, dominateurs, qu’ils se servent de moi comme leur petite chienne soumise.Au gré de mes pérégrinations sur le net, un jour, je suis rentré en contact avec un homme, JL. Il s’est montré tout de suite très direct et a clairement énoncé ses intentions envers moi. Il m’a dit qu’il savait repousser les limites de salopes expérimentées comme moi, qu’il était très sélectif et que s’il m’avait choisi, c’était pour une bonne raison. Il était un dresseur de chiennes depuis longtemps.Je recherchais un homme comme lui. On a un peu discuté, mais rapidement il a pris le contrôle de nos échanges pour m’envoyer son premier ordre. C’est ainsi que je me suis retrouvé avec un nom d’hôtel, un numéro de chambre et l’heure à laquelle je devais m’y rendre.Le jour venu, je me suis préparé avec enthousiasme et un peu de fébrilité. J’aime m’abandonner dans les bras d’hommes pervers et il semblait être l’un des plus extrêmes auquel j’allais m’offrir. Je me suis présenté à l’hôtel cinq minutes avant l’heure prévue pour être sure d’être à l’heure. Je suis restée devant sa porte à attendre pour frapper pile au moment où il m’attendait. J’attendais là dans le dress code qu’il avait décidé. J’avais mis une robe noire avec un trench dessus. Je portais des bas et des jarretelles et aucun sous-vêtement. Marcher dans cette tenue avait suffi à m’émoustiller.L’heure arrivée, je frappe à la porte et on me dit d’entrer. J’ouvre et me retrouve face à un homme d’une cinquantaine d’années, aux cheveux grisonnants, pas très grand, un léger ventre. Je suis comme fasciné par son visage marqué et le regard dur qu’il pose sur moi.Je m’apprête à le saluer en le vouvoyant et l’appelant monsieur, conformément à ses attentes, quand il s’adresse à moi de sa voix grave.— Prend le collier qui est sur le lit et enfile-le, salope.La soirée vient de commencer et son ordre ne laisse aucune place à l’hésitation. Il m’a bien expliqué ce que mes manquements engendreraient de sa part.Docilement, je me dirige vers le lit et passe le collier autour de mon cou. J’éprouve un petit frisson comme à chaque fois que l’un de mes amants m’en fait porter un. C’est le déclencheur pour moi pour m’abandonner à eux.JL me regarde fixement avant de se lever et de se saisir de la laisse à côté de lui. Il s’approche de moi sans un mot et l’attache à mon collier.— Tu es ma chienne désormais.Il me saisit le menton pour me forcer à le regarder dans les yeux pour lui répondre.— Je suis votre chienne, monsieur.— Parfait, viens par là, salope.Il tire un coup sec sur la laisse pour me diriger vers le milieu de la chambre.— Relève ta robe, salope. Que je vois enfin ce que tu caches en dessous?!Je lui obéis et retrousse lentement ma robe jusqu’au-dessus de mes fesses nues, dévoilant mes bas et mon porte-jarretelle. JL me détaille avec envie. Il a un regard a****l qui me fait mouiller. Après m’avoir longuement détaillé, il relâche la laisse pour libérer ses mains. L’une d’elles se pose sur mon pubis, l’autre sur l’une de mes fesses. Il ne fait preuve d’aucune délicatesse et les fait glisser vers l’entrée de ma chatte et de mon cul. De deux doigts, il écarte mes lèvres vaginales avant de me pénétrer. Il pousse un grondement et se lèche les lèvres en découvrant mon état.— Tu mouilles comme une véritable chienne, tu es trempée, salope. Je vais bien m’amuser avec toi.Tout en disant ça, sa main sur ses fesses glisse dans mon sillon et je sens directement deux doigts se présenter à l’entrée de mon œillet. Il se met à appuyer dessus avec force, les faisant tourner pour tenter de forcer le passage.— Tu vas ouvrir ton cul, pétasse.J’essaie de me détendre pour lui obéir, mais malgré mon excitation je reste nerveuse et j’ai du mal à relâcher mes muscles fessiers. À force d’insister, je sens ma résistance faiblir. Dès qu’il ressent un relâchement, il en profite et pousse avec vigueur. La pointe de ses deux doigts réussit à forcer le passage.— Enfin !Il me lèche le cou comme pour me remercier. La pause ne dure que quelques secondes, ses doigts continuent de forcer le passage avec autorité jusqu’à me les enfoncer en entier.— On va enfin pouvoir s’amuser.JL se met à me fouiller ma chatte et mon cul avec vigueur. Il me pistonne si fort que j’ai du mal à garder ma position. Un frisson plus fort que les autres me saisit et mes jambes commencent à se dérober. afyon escort Aussitôt, il retire ses doigts de ma chatte et me claque les lèvres vaginales avec force.— Garde la position, salope.Je devais subir. Il m’avait clairement dit dans ses messages que je serais à lui, qu’il ferait tout ce qu’il voulait avec moi, que je devais lui obéir, peu importe les circonstances. Pour me prouver sa détermination, il m’avait fait choisir un mot de sécurité, le seul moyen de contrôle pour moi avec lui.Malgré tous mes efforts, j’ai fléchi les genoux à plusieurs reprises, recevant une gifle sur la chatte à chaque fois.— Tu n’es qu’une sale putain, une chienne infidèle. Je vais te dresser. T’as envie que je fasse de toi ma pute soumise ?J’étais tellement concentrée sur ce qu’il me faisait pour me contrôler pour qu’il ne me corrige pas que je n’arrive pas à lui répondre. Il se penche sur moi et me mordille le cou, l’oreille. Je pousse de petits gémissements. Il profite de ma bouche ouverte pour venir m’embrasser. Sa langue se met à me fouiller avec fougue et je lui réponds avec la même intensité. Nos lèvres se décollent quand mes jambes plient de nouveau et qu’il me gifle.— Dis-le, salope !— Je suis à vous, monsieur, faites de moi tout ce que vous voulez.JL sourit. Pour me remercier, il me crache au visage. Il se remet à me rouler des pelles pendant qu’il me fouille avec toujours plus d’énergie.Cette délicieuse torture a duré plusieurs minutes avant qu’il m’abandonne subitement, me laissant essoufflé, le visage rougi. Il ne me laisse pas le temps de reprendre mon souffle. Il reprend possession de la laisse et tire dessus pour me forcer à m’agenouiller devant lui. De sa main libre, il défait la ceinture de son pantalon qui lui tombe sur les chevilles. Son caleçon suit le même chemin et je me retrouve alors le visage devant une queue de bonne taille et des couilles imposantes qui me laisse espérer de bonnes éjaculations. Ce qui me fascine le plus pourtant est son gros gland très rouge.— Elle te plaît ma queue salope ? Bien sûr qu’elle te plaît. T’aimes ça, les belles bites. Ça te change de celle de ton cocu.— Oui monsieur, vous avez un très beau sexe.— Prouve-le-moi, chiennasse, occupe-toi de mes couilles.Jl tire sur la laisse et je me retrouve avec sa queue sur le visage. Il tire un peu plus jusqu’à amener ses couilles au niveau de ma bouche. Mes lèvres s’ouvrent et je gobe chacune d’entre elles sous ses grognements de plaisir. Je les enferme dans ma bouche et tire dessus. Il me laisse m’occuper de lui un petit moment avant de se reculer légèrement. Il empoigne sa queue qu’il présente devant ma bouche que j’ouvre en grand pour l’accueillir. Je referme mes lèvres autour de son gland et je me commence à le sucer, flattant la pointe de son gland avec ma langue.— Tu crois que je vais me contenter d’une petite sucette. Une pute comme toi, ça prend les queues comme ça.Sa main libre se referme dans mes cheveux et il me tire subitement à lui forçant le passage de sa queue toujours plus profond dans ma gorge. Je me retrouve vite avec les lèvres écrasées contre son pubis poilu son gland planté dans ma gorge, me provoquant des débuts de haut-le-cœur que je parviens vite à réprimer. Ce n’est pas ma dernière gorge profonde et ce ne sera pas la dernière.— C’est comme ça que je te veux ! En bonne grosse pute videuse de couille. Je vais bien te ramoner la gorge, tu vas dérouiller.Et il fait ce qu’il dit. Tirant sur la laisse et mes cheveux il se lance dans un ramonage furieux de ma gorge. Ma bouche n’est plus qu’un trou comme un autre qu’il baise.— Regarde-moi dans les yeux pendant que je te lime comme une vraie pute !J’essaie de lui obéir, mais c’est difficile. J’ai beau avoir l’habitude qu’on me prenne ainsi, il se montre plus vicieux que la plupart de mes amants précédents. Il n’est jamais rassasié, il en veut toujours plus. Il raffermit ses prises sur moi et se lance dans un pilonnage sauvage. Son gland met à mal ma gorge, je bave de plus en plus. Nerveusement, je lève les mains vers lui pour lui dire de ralentir. Il le fait. Il sort de ma bouche pour m’envoyer une gifle mémorable.— Les mains dans le dos, salope !Et il se relance à l’assaut de ma bouche si fort qu’instinctivement de nouveau je le retiens. Il me souffle l’autre joue avec sa main puis il se saisit de ma robe qu’il déchire pour ensuite lancer les morceaux au travers de la chambre avant de me remettre sa queue dans la bouche en grognant. Il met ma résolution à l’épreuve en me pilonnant comme un fou, avant d’enfin reprendre un rythme plus supportable.À plusieurs reprises, je me suis retrouvé le visage enfoncé contre lui, incapable de respirer pendant qu’il se penchait sur moi pour fouiller ma chatte ou mon cul. Heureux de l’état dégoulinant de ma chatte.— T’es une vraie fontaine. Je vais prendre mon pied à t’éclater tes trous escort afyon avec ma queue.Cette baise buccale a duré une petite dizaine de minutes sous ses commentaires salaces avant qu’il me tire pour m’éloigner de sa bite en soupirant.— Ça suffit pour le moment. Si tu continues comme ça, tu vas me faire couler.Même si je prends mon pied je suis heureuse que ça s’arrête. J’ai vraiment la gorge en feu. Mon visage est écarlate, de la salive dégouline de ma bouche jusqu’à ma poitrine.Ce ne fut qu’un bref répit. Rapidement, JL tire sur la laisse et me promène dans la chambre jusqu’au lit. Arrivé au bord. Il m’envoie une fessée.— Garde tes jambes droites.Tout en disant ça, il tire sur la laisse jusqu’à ce que mon visage et ma poitrine se retrouvent écrasés sur le lit.— Garde-la position et ne bouge pas.Je le sens qui s’éloigne. J’entends qu’il fouille dans ses affaires pour vite revenir. Ses mains se posent sur l’une de mes chevilles qui se retrouve enfermée dans une sangle de cuir. Il pousse mon autre jambe pour avoir l’écartement souhaité et enferme mon autre cheville de la même façon. Il vient de me poser une barre d’entrave.Il s’absente encore quelques secondes avant de revenir et de présenter un vibro à l’entrée de ma chatte.— Je vais te défoncer !D’un coup de main puissant, il fait disparaître la totalité du gode dans ma chatte. Je pousse un cri de surprise en redressant la tête. Une incartade qui me vaut une fessée.— Je t’ai dit de ne pas bouger, grosse pute !JL se lance dans un pilonnage en règle, se servant du vibro comme d’un pieu pour me transpercer la chatte qui dégoulinait. Je suis offerte, totalement soumise, et je prends mon pied. Après quelques minutes, il décide d’arrêter de jouer. Il finit par retirer complètement son pantalon et son slip, gardant son haut. Je l’entends enfin mettre une capote avant de se présenter devant ma jambe qu’il vient de bien ouvrir.— Je vais te montrer ce que ça fait de te faire limer par une vraie queue. Je vais te casser les reins.Il pose ses deux mains sur mes fesses et s’enfonce entièrement en moi d’une seule poussée dans un râle bestial. Malgré sa préparation, je la sens passer et je relève la tête en couinant.— Ah !— Tu l’as senti passer, salope ! Attends, tu vas voir. Je vais te dérouiller.Il me la met en entier, ressortant totalement à chaque coup de reins. Il me percute de toutes ses forces. Je lutte en gémissant pour tenir la position, mais dès qu’il augmente le rythme c’est trop fort pour moi et je me retrouve couchée sur le ventre après un coup de reins mémorable. Il enfonce immédiatement une main dans mes cheveux et tire dessus pour me forcer à me remettre en place, prenant à peine le temps de ralentir avant de reprendre son entreprise de destruction.Rapidement, il ne se contente plus de s’occuper seulement de ma chatte et tout en me limant il enfonce ses pouces dans ma rondelle, m’arrachant un grondement avant de tirer dessus.— Tu as un vrai cul de chienne. Je vais prendre mon pied à te le ramoner.— Tu la sens bien ma queue. C’est pas celle de ton cocu.— Je vais faire de toi ma soumise, mon vide couille. Tu pourras plus te passer de ma queue.Pour ne pas gicler trop vite, il fait des pauses qui me laissent pantelante et immobile. Je suis son jouet sous ses assauts et j’adore ça. Lors de l’une d’elles, il se saisit du vibro qu’il me plante dans le cul sans me prévenir. Avec une préparation aussi minime, je pousse un hurlement de surprise.— Ah ! Putain !— Couine, sale chienne. Couine !Il se met à tirer sur ma laisse pendant qu’il se lance dans un ramonage anal. Je n’arrête pas de crier et de gémir, partagée entre plaisir et douleur extrême.JL finit par me le sangler dans le cul avant de présenter sa queue devant ma chatte pour me prendre en double. À partir de cet instant, il se montre encore plus a****l. Il me pénètre sans coup férir en me crochetant la bouche avec plusieurs doigts pour bien me tirer et me limer comme un furieux. Je beugle comme une démente sous ses assauts, ma salive s’écoule sans discontinuer.Après un moment qui me parait interminable, il sort de moi et se penche pour se saisir de la barre d’entrave. Il tire dessus me faisant glisser du lit pour me traîner sur la moquette jusqu’à la salle de bain.Une fois là-bas, il me décolle du carrelage froid en me tirant par les cheveux pour m’enfoncer la tête dans les toilettes avant de me reprendre en double.— Tu n’es qu’une sale truie ! Une serpillière à queue?!Il me pilonne comme un furieux et moi je reprends mes gémissements malgré ma position dégradante.Je pensais qu’il avait atteint le sommet de sa perversion, mais je me trompais. Après être sorti de moi, je le vois se saisir du balai des toilettes dont je sens les picots se présenter devant ma chatte. Je reste paralysée. Je hurle durant son intronisation, je le supplie d’arrêter, mais il ne m’écoute pas.— Tu afyon escort bayan veux que j’arrête, alors dis-le, dis-le ! Dis ton mot de sécurité et j’arrête et tu pars.J’hésite longuement. Même pour moi c’est extrême, mais finalement je ne le dis pas, me contentant de le supplier, ce qui l’excite encore plus, grisé par mon abandon total à sa perversion. Le balai enfoncé dans la chatte, il me traîne jusqu’au lit où il me menotte. Je me sens honteuse et humiliée et j’attends fébrilement de voir ce qu’il me réserve encore. J’écarquille les yeux en le voyant remettre son slip et son pantalon.— Dresser une chienne comme toi m’a donné soif. Je vais aller boire un verre au bar.Je pense qu’il fait ça pour un peu plus me torturer, mais il sort vraiment de la chambre et il m’abandonne là comme ça, ligotée, un balai chiotte dans la chatte, un vibro dans le cul.Je suis restée dans cette position pendant presque une heure. J’étais à bout, les trous douloureux. Le balai m’irritait salement la chatte. J’ai cru que j’allais pleurer de joie quand je l’ai vu revenir.JL se tient debout devant le lit et me détaille avec son regard vicieux.— Alors, salopes, prête à te faire ramoner ou je repars ?— Non, non, reste, baise-moi. Je n’en peux plus, viens me défoncer.Je lui dis ce qu’il avait envie d’entendre. Il m’avait cassée et je n’aurais pas supporté de rester ainsi une heure de plus. J’avais besoin qu’il me prenne, j’avais besoin de sentir de nouveau sa queue en moi, peu importe où il me la mettait et comment.JL sourit à pleines dents et se déshabille lentement pour prolonger mon supplice. Il se penche sur moi et fourre quatre doigts dans ma bouche. Il joue avec ma langue avant de les enfoncer dans ma gorge et de sa main libre se saisir du balai. Je me mets à grimacer et à hurler autour de ses doigts. Du coin de l’œil, je vois son sexe grossir de plus en plus devant mon supplice pour finir par bander comme un fou. Il se dirige vers mes jambes et se saisit de la barre d’entrave pour les faire basculer au-dessus de ma tête. Il dessangle le vibro qu’il jette au loin avant de présenter sa queue dressée à la place.— S’il vous plaît, monsieur, retirez-moi le balai.— Hors de question, sale pute, tu vas le garder jusqu’au bout !D’une seule poussée, il me met la queue au fond du cul et se lance dans un ramonage furieux. Le balai s’agite maladroitement à chacun de ses assauts.Cette pause lui avait permis de faire totalement retomber la pression et il m’encule avec force sans discontinuer. Il me pilonne avec énergie, varie la vitesse de ses pénétrations passant d’une lenteur extrême à un pilonnage façon marteau-piqueur.Cette sodomie est une torture pour moi. Je suis constamment au bord de la jouissance, emportée par l’effet de sa bite dans mon cul, mais ce balai qui m’irrite m’empêche de décoller.Après un temps indéfinissable, JL finit par augmenter le rythme avant de se planter tout au fond de mon cul. Je vois son visage se déformer et il grogne comme un a****l. Je sens nettement sa queue tressauter. Il jouit. Il remplit la capote avec son foutre.JL se retire et mes jambes s’écroulent sur le lit. Il m’a brisée en deux comme il me l’avait promis. Je reste inerte pendant qu’il retire la barre d’entrave de mes pieds et les menottes. Enfin libre, je reprends un peu plus conscience et je veux retirer ce balai qui continue de me mettre au supplice, mais JL m’att**** les mains avant.— Non, ça, tu le gardes, salope. Tu vas le retirer dehors, quand tu seras sous ma fenêtre.— Vous êtes fou. On va me voir.— Ça, c’est ton problème, chiennasse. Fais ce que je te dis et c’est tout. Allez, ramasse ton trench et barre-toi.Je n’ose pas le défier. Je n’ai pas envie de le défier. Je suis toujours dans l’abandon. J’ai envie de lui obéir, de me soumettre à lui jusqu’au bout. Je me relève péniblement. Marcher avec le balai dans la chatte est une torture. Me pencher pour ramasser mon manteau est un supplice.Je sors de la chambre sans un mot de sa part. Je fais comme je peux pour me recoiffer et me redonner une apparence à peu près normale et je traverse l’hôtel d’un pas lent, m’arrêtant chaque fois que je croise quelqu’un pour être certaine qu’il ne comprenne pas mon état et qu’il ne regarde pas trop mes jambes, ignorant si mon trench est assez long pour cacher cet intrus en moi. Heureusement à cette heure-ci il y a peu de monde dans les couloirs et le hall.Une fois dans la rue, je peux me délivrer sous le regard satisfait de mon maître à la fenêtre. Je reste debout, immobile, savourant ma délivrance quand j’entends mon portable sonner. JL vient de m’envoyer un texto.« Bravo, traînée. Retourne chez ton cocu et tiens-toi dispo.Je reçois un second message.«  Tu viens de devenir l’une de mes vides couilles. Tu dois en être fière.À ma grande honte, il a raison. Je suis heureuse de m’être livrée à lui malgré ce qu’il m’a fait. Je n’ai pas pu atteindre l’orgasme que j’avais espéré, mais il m’a fait jouir comme peu d’hommes avant.Quinze jours plus tard, mon cœur s’accélère, je suis stressée et excitée à la découverte d’un nouveau message de mon maître.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

You may also like...

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir